Métiers du sport : chiffres et tendances 2019

metiers_sport
0

Le secteur du sport connaît une croissance importante depuis plus de 20 ans. 45 millions de pratiquants réguliers ou occasionnels, 16 millions de licences, plus de 300 000 associations et autant de métiers dédiés à l’encadrement en club ou en salle, à la vente de matériel, au coaching… Selon une définition large, près de 300 000 personnes occuperaient un emploi en lien avec le sport.

A la demande du premier ministre, France Stratégie et le Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) se sont penchés sur le sujet durant l’année 2018.  Les deux organismes viennent de publier un rapport collaboratif qui envisage l’avenir de ces emplois, les nouvelles tendances et pratiques sportives et les besoins de formation associés.

Qu’entend-on par “métiers du sport” ?

Dans le rapport « Vision prospective partagée des emplois et des compétences », les experts se sont arrêtés sur ces trois catégories :

  • les métiers du sport exercés dans les secteurs du sport,
  • les métiers du sport exercés dans d’autres secteurs d’activité,
  • les métiers non sportifs (comptable par exemple) exercés dans les secteurs du sport.

Ce qui nous donne un total de 227 000 emplois dans un secteur en forte croissance, avec 28 000 emplois supplémentaires pour la période 2008-2016 (+23%).

Deux catégories de métiers tiennent un rôle phare dans cette croissance : les métiers non sportifs exercés dans le secteur du sport (agents de service de la fonction publique, employés administratifs dans les entreprises, indépendants gestionnaires de spectacle, agents et hôtesses d’accueil…) et les moniteurs et éducateurs sportifs. A contrario, les vendeurs et les détaillants ont vu leurs effectifs diminuer sur la même période.

Quand on le compare à l’emploi en général, le secteur du sport présente plusieurs spécificités :

  • une part élevée d’emplois atypiques et d’indépendants (12%, contre 7% pour l’emploi total)
  • une part élevée de temps partiels (30%, contre 19%)
  • une part plus élevée de salariés en temps partagé (5% contre 2%)
  • une part plus élevée de salariés exerçant plusieurs professions (11% contre 3%)

Quelles tendances pour le secteur du sport ?

Les pratiques sportives évoluent. Difficile aujourd’hui de quantifier le nombre de sportifs en tenant compte du nombre de licenciés puisque le sport se pratique désormais aussi hors des clubs avec une population en attente de flexibilité et de services très personnalisés. Logiquement, de nouvelles offres se développent pour répondre à cette demande et les besoins en compétences se transforment en regard de ces tendances.

En plus de leurs compétences techniques et sportives, les professionnels encadrants – comme les éducateurs sportifs – doivent aujourd’hui se doter de soft skills leur permettant de travailler avec des populations variées (seniors, salariés, malades…). Quant aux fonctions supports, la professionnalisation des clubs sportifs entraîne un besoin de montée en compétences  commerciales pour coordonner et fidéliser les intervenants, et en compétences juridiques et numériques, pour améliorer la gestion administrative et financière.

Les compétences sportives ne sont donc plus l’unique porte d’entrée vers ces métiers, ce qui ouvre des opportunités à des profils plus diversifiés. Les métiers évoluent, le nombre d’emplois augmente : le rapport publié France Stratégie pose la première brique d’un plan de route qui prévoit d’adapter les formations au marché du travail et de structurer l’organisation des entreprises et des clubs.


Laissez nous un commentaire