Jeunes diplômés : vers quels secteurs se tourner ?

jeunes_diplomes_secteurs_re
0

9 diplômés sur 10 qui sortent d’une Grande École trouvent un emploi dans les 6 mois qui suivent l’obtention de leur diplôme. Et le taux d’embauche avant diplôme bat lui aussi des records : en 2018, deux tiers des étudiants des Grandes Écoles avaient décroché leur futur emploi avant la fin de leurs études. Dans quels secteurs les opportunités sont-elles les plus nombreuses ? Les réponses dans le guide 2019 du CIDJ, “Ces secteurs qui recrutent”.

 A noter : pour les jeunes diplômés qui sortent de l’université aussi, les résultats sont encourageants (exception faite des sciences humaines et sociales). Les taux d’insertion n’ont pas été aussi bons depuis 2009. En 2018, 62% des jeunes diplômés en emploi 12 mois après leur diplôme avait signé un CDI, contre 55% en 2017.

Malgré un turn-over important, le secteur du conseil se porte bien

Ce secteur est le premier recruteur de profils bac+5, qu’ils sortent d’écoles de commerce, d’universités ou d’IAE. Encore une fois, les ingénieurs sont les profils les plus recherchés, notamment dans l’intelligence économique, l’audit informatique, la cybersécurité et la data.

A eux quatre, Deloitte, KPMG, EY ey PwC envisagent de recruter 8 000 collaborateurs en 2019, dont 4 550 jeunes. Les auditeurs, experts-comptables et consultants en technologies de l’information sont très attendus par les recruteurs.

Des opportunités dans l’industrie, notamment l’industrie mécanique

L’Usine Nouvelle rapporte près de 174 000 emplois à pourvoir en 2019, contre 141 000 en 2018. 24% de ces emplois sont destinés aux jeunes et 45% des emplois destinés aux jeunes concernent des postes de cadres et d’ingénieurs. Les secteurs  porteurs ? Les activités informatiques, le conseil et les services aux entreprises industrielles et l’industrie mécanique. Ce dernier secteur prévoit à lui-seul entre 40 000 et 50 000 embauches par an jusqu’en 2020, dont 30 à 40% concernent des jeunes à tous les niveaux de diplôme, du CAP au diplôme d’ingénieur.

Mais l’industrie mécanique souffre d’un manque de visibilité auprès des jeunes, qui connaissent mal ses métiers. A titre d’exemple, elle peine à recruter en robotique, car les formations initiales sont trop peu nombreuses notamment dans l’intégration (installation), l’après-vente et la maintenance.

Devenir chercheur en entreprise

Avec 20% des effectifs, les 30/34 ans sont la tranche d’âge la plus représentée parmi les chercheurs en entreprise. Pour 2019, l’Apec annonce entre 37 000 et 39 000 recrutements de cadres en ingénierie et R&D. Malgré leur intérêt pour les profils expérimentés, les entreprises prévoient d’attribuer 56% des postes à des cadres débutants ou juniors, avec 1 à 5 ans d’expérience. Des estimations d’embauche qui concernent les télécommunications, l’aéronautique, l’automobile, l’électronique et la mécanique-métallurgie.

En informatique aussi, les opportunités sont nombreuses. En R&D, mais pas seulement : ce secteur est le premier recruteurs de cadres. 60% des recrutements annoncés vont concerner des jeunes diplômés et des jeunes cadres avec 1 à 5 ans d’expérience.


Laissez nous un commentaire